Darius arrive!

Publié le par Tréguier

Après les grecs d'Alexandre, voici les perses de Darius!

 

 

 

 

Les soldats du Shah, le Roi des Rois, Darius le Grand

Ces valeureux soldats sont souvent méprisés, à cause de leurs défaites répétées contre les troupes d'Alexandre. Il faut pourtant dire que les Perses étaient des guerriers hors pair, qui, par leurs qualités militaires s'étaient imposés sur un empire dix fois plus grand que la Grèce et qui allait des rives de la Mer Noire jusqu'à l'Indus.

Ils avaient pour cela vaincu des peuples innombrables, souvent eux aussi valeureux et reconnus pour leur bravoure. Leur échec devant l'armée d'Alexandre s'explique en partie par la différence de stratégie des deux peuples.

 

Les Perses, habitués à livrer combat à des peuples mobiles, habiles à manier les traits (javelots, frondes et arcs), disposaient de peu de troupes lourdes. Et leurs troupes lourdes n'étaient pas aussi armées que les hoplites légers d'Alexandre. Leur protection consistait souvent d'une tunique rembourrée et d'un grand boucler d'osier, aptes à arréter les flèches, mais incapbles de résister aux "sarissa" (les grandes lances de frène des hoplites macédoniens) des troupes grecques. Leur principale tactique constistait donc à arroser d'une pluie de flèches (tous les hommes de Darius disposaient d'un carquois et d'un arc) leurs ennemis.

Après avoir envoyé une pluie de flèches sur l'ennemi, bien à l'abri de leur bouclier d'osier, les fantassins de Darius peuvent reprendre leur progression. EN voila deux qui risquent un oeil derrière leur bouclier. Vont-ils y aller? Go, go, go, les gars, faut avancer!

 

Heureusement, pendant ce temps, les troupes d'assaut, constituées d'hommes armés de petits boucliers et d'épées courtes se dont ruées entre les bouclier spour monter à l'assaut. Ils sont aidés par les peltastes, qui arrosent de leurs javelots les troupes adverses... Ca va saigner!

 

La cavalerie évolue génralement au loin, en marge du corps de troupes principal. La cavalérie était plus apte aux escarmouches qu'aux corps à corps. Seuls un ou deux escadrons lourds étaient disponibles sous Darius. Et leur armement défensif consistaient surtout en tuniques de lin rembourré (parfois des armures de fer "en écailles de poissons") et en protections de jambes (en osier, elles aussi).

Face à elles, les troupes d'Alexandre disposaient avec leurs phalanges, d'une sorte de "Char d'assaut". Compactes, hérissées de pics, bien protegées par de grands boucliers, des armures et des casques de bronze, et par des "clamydes" (jambières) de métal, ils pouvaient résister à la pluie de flèches qui précédait généralement l'assaut des troupes à pied du "Grand Roi" Darius. Avec les troupes d'Alexandre, ces tirs étaient inéfficaces, car les hommes étaient suffisamment protégés par leur armure pour ne pas être blessés par ces attaques. Bref : le tire de barrage était inefficace, pour une fois. Et l'assaut des troupes à pied se brisait sur les piques des phalanges. Ensuite, les Perses étaient pris à revers par les escadrons de cavaliers, qui contrairement à ce qui se faisait partout dans le monde à l'époque, étiaent de vraies troupes de choc.

 

 

Les figurines de Zvezda sont de petites merveilles de précisions et de vie. Les hommes semblent sauter de leur boite pour courir contre l'ennemi.

 

 

 

 

Publié dans Les deux armées

Commenter cet article